Leonid Tsypkin

Leonid Tsypkin est né en 1926 à Minsk dans une famille juive de Russie. Devenu médecin, Tsypkin, passionné de littérature, a toujours écrit un peu pour lui-même – de la prose ou de la poésie. Au début des années 60, Tsypkin aborde une série de poèmes engagés, fortement marqués pr l'influence de Tsvetaeva et de Pasternak. En 1965, il se décide à montrer certains de ses textes à Sinavski mais celui-ci sera arrêté quelques jours avant leurs rencontre. Cet épisode ne fera qu'accroître la prudence de Tsypkin. Après quelques échecs, Tsypkin renonce à publier ses poèmes, abandonne l'écriture pendant des années pour s'y remettre à quarante ans passés. Au cours des treize ans qu'il lui reste à vivre, Tsypkin crée une œuvre de plus en plus ambitieuse et complexe. Ses tentatives d'émigration aux Etats-Unis s'avérant vaines, Tsypkin demande à un ami journaliste, émigré en 1981, de faire sortir une copie du manuscrit ce qui fut fait par l'intermédiaire de deux amis américains, correspondants d'UPI à Moscou. Cette année-là Tsypkin comprend qu'il ne pourra jamais émigrer et apprend qu'il ne peut plus travailler à l'Institut où il exerce. En mars 1982, Mikhail Tsypkin téléphone à son père pour lui annoncer que le samedi précédent il était enfin devenu un auteur publié. Un été à Baden-Baden était paru dans un hebdomadaire d'émigrés russes, Novaya Gazeta. Le 20 mars 1982, Tsypkin meurt. Il était publié depuis exactement une semaine.