+ Délivrances - Morrison Toni
Actualités Presse Nouvelles
Morrison Toni Délivrances

"Délivrances" de Toni Morrison,
traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Christine Laferrière.

Sweetness


Ce n'est pas de ma faute. Donc vous ne pouvez pas vous en prendre à moi. La cause, ce n'est pas moi et je n'ai aucune idée de la façon dont c'est arrivé. Il n'a pas fallu plus d'une heure après qu'ils l'avaient tirée d'entre mes jambes pour se rendre compte que quelque chose n'allait pas. Vraiment pas. Elle m'a fait peur, tellement elle était noire. Noire comme la nuit, noire comme le Soudan. Moi, je suis claire de peau, avec de beaux cheveux, ce qu'on appelle une mulâtre au teint blond, et le père de Lula Ann aussi. Y a personne dans ma famille qui se rapproche de cette couleur. Ce que je peux imaginer de plus ressemblant, c'est le goudron ; pourtant, ses cheveux ne vont pas avec sa peau. Ils sont bizarres : pas crépus, mais bouclés, comme chez ces tribus qui vivent toutes nues en Australie. Vous pourriez croire qu'elle nous renvoie en arrière, mais à quoi ? Vous auriez dû voir ma grand-mère : elle se faisait passer pour blanche et n'a jamais rien dit d'autre à aucun de ses enfants. Toute lettre qu'elle recevait de ma mère ou de mes tantes, elle la renvoyait sur-le-champ, intacte. Pour finir, elles ont saisi le message comme quoi il n'y avait pas de message et elles l'ont laissée tranquille. Presque tous les types de mulâtres et presque tous les quarterons faisaient ça, dans le temps ; à savoir s'ils avaient les bons cheveux. Vous imaginez combien de Blancs ont dans les veines du sang noir qui circule et qui se cache ? Devinez. Vingt pour cent, à ce que j'ai entendu. Lula Mae, ma propre mère, aurait facilement pu se faire passer pour blanche, mais elle a choisi de s'abstenir. Elle m'a dit le prix que lui avait coûté cette décision. Quand mon père et elle sont allés au tribunal pour se marier, il y avait deux Bibles et il a fallu qu'ils posent la main sur celle réservée aux Noirs. L'autre était pour les mains des Blancs. La Bible ! Incroyable, non ? Ma mère était femme de ménage chez un riche couple de Blancs. Ils mangeaient chacun des repas qu'elle cuisinait et insistaient pour qu'elle leur frictionne le dos pendant qu'ils restaient assis dans la baignoire, et Dieu sait quelles autres choses intimes ils lui faisaient faire, mais hors de question qu'elle touche la même Bible.
Certains d'entre vous croient probablement qu'il n'est pas bon qu'on se regroupe en fonction de notre couleur de peau - plus elle est claire, mieux c'est - dans des clubs, des quartiers, des églises, des sororités, voire des écoles pour enfants de couleur. Mais comment pouvons-nous autrement conserver un peu de dignité ? Comment pouvez-vous autrement éviter de recevoir des crachats au drugstore et des coups de coude à l'arrêt de bus, de marcher dans le caniveau pour laisser tout le trottoir aux Blancs, de devoir payer cinq cents un sac en papier gratuit pour la clientèle blanche ? Sans compter les insultes. J'ai entendu parler de tout ça et de beaucoup, beaucoup d'autres choses. Mais grâce à sa couleur de peau, ma mère ne se voyait pas empêchée d'essayer des chapeaux dans les grands magasins, ni d'utiliser leurs toilettes. Et mon père pouvait essayer des chaussures à l'avant de la boutique, pas dans une arrière-salle. Ni l'un ni l'autre ne se serait autorisé à boire à une fontaine « réservée aux gens de couleur », même s'ils mouraient de soif.
Ça m'ennuie beaucoup de le dire, mais dès le tout début à la maternité, Lula Ann, le bébé, m'a mise mal à l'aise. À la naissance, sa peau était pâle comme celle de tous les bébés, mêmes les africains, mais elle a changé à toute vitesse. J'ai cru devenir folle quand Lula Ann a viré au noir bleuté pile sous mes yeux. Je sais que suis devenue folle une minute parce qu'à un moment - juste quelques secondes - je lui ai étalé une couverture sur le visage et j'ai appuyé. Mais je ne pouvais pas faire ça, peu importe à quel point je regrettais qu'elle soit née avec cette couleur terrible. J'ai même pensé l'abandonner à un orphelinat, quelque part. Et puis j'avais peur d'être une de ces mères qui déposent leur bébé sur les marches d'une église. Récemment, j'ai entendu parler d'un couple en Allemagne, blanc comme neige, qui avait eu un bébé à la peau brune, ce que personne n'arrivait à expliquer. Des jumeaux, je crois : un blanc, un de couleur. Mais je ne sais pas si c'est vrai. Tout ce que je sais, c'est que pour moi, la nourrir, c'était comme avoir une négrillonne qui me tétait le mamelon. Je suis passée au biberon dès que je suis rentrée chez moi.
Louis, mon mari, il est porteur, et quand il est rentré de la gare, il m'a regardée comme si j'étais vraiment folle et il l'a regardée comme si elle était tombée de la planète Jupiter. Ce n'était pas le genre d'homme à jurer, donc quand il a dit : « Nom de Dieu ! Bon sang, qu'est-ce que c'est que ça ? », j'ai su qu'on était dans le pétrin. Voilà la cause : ce qui a provoqué les bagarres entre lui et moi. Ça a brisé notre mariage. On avait passé trois belles années ensemble, mais quand elle est née il s'en est pris à moi et il a traité Lula Ann comme si ç'avait été une étrangère ; pire que ça : une ennemie.
Il ne l'a jamais touchée. Je n'ai jamais réussi à le convaincre que jamais, jamais je n'avais eu d'aventure avec un autre homme. Il était sûr et certain que je mentais. On se disputait à n'en plus finir, jusqu'à ce que je lui dise que cette couleur noire devait provenir de sa famille à lui et non de la mienne. C'est à ce moment-là que la situation a empiré, au point qu'il est parti comme ça et que j'ai dû chercher un autre logement moins cher. J'avais l'intelligence de ne pas emmener Lula Ann avec moi quand j'allais m'adresser à des propriétaires, donc je la laissais chez une cousine adolescente qui la gardait. Je faisais du mieux que je pouvais et je ne la sortais pas beaucoup, de toute façon, parce que quand je la promenais dans sa poussette, des amis ou des inconnus se penchaient et jetaient un œil pour dire quelque chose de gentil, et ensuite ils sursautaient ou reculaient d'un bond avant de froncer les sourcils. Ça faisait mal. J'aurais pu être la baby-sitter si nos couleurs de peau avaient été inversées. C'était déjà assez difficile d'être ne serait-ce qu'une femme de couleur - même au teint blond - à la recherche d'une location dans une partie correcte de la ville. Dans les années quatre-vingt-dix, quand Lula Ann est née, la loi condamnait la discrimination envers qui vous pouviez louer, mais les propriétaires n'étaient pas nombreux à en tenir compte. Ils inventaient des raisons de vous exclure. Mais avec M. Leigh, j'ai eu de la chance. Je sais qu'il a augmenté le loyer de sept dollars par rapport à ce qu'il avait annoncé, et il faisait une attaque si vous étiez en retard d'une minute pour le paiement.
Je lui ai dit de m'appeler « Sweetness » au lieu de « Mère » ou « Maman ». C'était plus sûr. Être noire à ce point-là et avoir ces lèvres d'après moi trop épaisses qui m'appelaient « Maman », ça rendrait les gens perplexes. En plus, ses yeux ont une drôle de couleur, noir corbeau avec une nuance bleue, et aussi quelque chose de sorcier.
On est donc restées un bon moment rien que toutes les deux et inutile de vous dire à quel point c'est dur d'être une épouse abandonnée. J'imagine que Louis s'en est un peu voulu, après nous avoir quittées comme ça, parce qu'au bout de quelques mois il a découvert où j'avais déménagé et il a commencé à m'envoyer une somme mensuelle, bien que je ne lui aie jamais demandé de le faire et que je ne sois pas allée au tribunal pour la réclamer. Ses mandats postaux de cinquante dollars et mon travail de nuit à l'hôpital nous ont permis, à Lula Ann et moi, de renoncer aux prestations sociales. Ce qui était une bonne chose. Je voudrais qu'on arrête de parler de prestations et qu'on revienne au terme en vigueur quand ma mère était petite. À l'époque, on disait « les aides ». Ça sonne bien mieux, comme s'il s'agissait juste d'un bref moment de répit, le temps de se ressaisir. En plus, les employés des services sociaux sont radins comme c'est pas permis. Quand j'ai fini par trouver du travail et que j'ai pu me passer d'eux, je gagnais plus d'argent qu'eux n'en avaient jamais gagné. J'imagine que c'est la radinerie qui remplissait leurs maigres chèques de salaire, ce qui explique pourquoi ils nous traitaient comme des mendiants. Encore plus quand ils regardaient Lula Ann et qu'ils me regardaient une nouvelle fois ensuite : comme si je fraudais ou autre. Les choses se sont améliorées, mais je devais continuer à faire attention. Très attention dans ma façon de l'élever. Je devais être stricte, très stricte. Il fallait que Lula Ann apprenne à bien se tenir, à éviter de se faire remarquer et à ne pas causer de problèmes. Je me moque du nombre de fois qu'elle change de nom. Sa couleur est une croix qu'elle portera toujours. Mais ce n'est pas de ma faute. Ce n'est pas de ma faute. Ce n'est pas de ma faute. Ça non.