+ Lettres du Père Noël - J.R.R. Tolkien
Actualités Presse Nouvelles
J.R.R. Tolkien Lettres du Père Noël
Lettres extraites des Lettres du Père Noël
de J.R.R. Tolkien

Traduit de l'anglais par Gérard-Georges Lemaire

Mes très chers,

Un autre Noël ! et j'ai presque pensé, à un moment (en novembre), qu'il n'y en aurait pas cette année. Il y aurait le 25 décembre, bien sûr, mais rien de la part de votre vieil arrière-arrière-etc. grand-père du Pôle Nord.

Les gobelins. La pire attaque que nous ayons eue depuis des siècles. Il sont terriblement violents et très remontés depuis que nous leur avons repris les jouets qu'ils avaient volés l'année dernière et leur avons administré une bonne dose de fumée verte. Vous vous rappelez que les Gnomes Rouges avaient promis de les faire disparaître. On n'en a trouvé aucun, ni dans les trous ni dans les cavernes le jour du Nouvel An. Mais j'ai dit qu'ils allaient resurgir - dans un siècle environ.

Ils n'ont pas attendu si longtemps ! Ils ont dû rassembler leurs méchants amis des montagnes du monde entier, et ont dû être très occupés tout l'été, alors que nous étions au plus profond de notre sommeil. Cette fois, c'est arrivé presque sans prévenir.

Aussitôt après la Toussaint, Ours Polaire est devenu très agité. Maintenant, il dit qu'il avait senti de très mauvaises odeurs - mais comme d'habitude il ne m'a pas prévenu : il dit qu'il ne voulait pas m'ennuyer. Vraiment, quelle bonne vieille bête, et cette fois, il a véritablement sauvé Noël. Il a pris l'habitude d'aller dormir dans la cuisine, le nez tourné vers la porte de la cave donnant sur l'escalier principal qui descend jusqu'à mes grands entrepôts.

Un soir, à peu près au moment de l'anniversaire de Christopher, je me suis réveillé en sursaut. On entendait des couinements et des crachotements dans la pièce et il y avait une odeur horrible - dans ma plus belle chambre, la verte et violette, que je venais de faire remettre à neuf de la plus merveilleuse façon. J'ai aperçu un vilain petit visage à la fenêtre. J'ai alors été très surpris, car ma fenêtre est placée très haut au-dessus de la falaise, et cela signifiait qu'il y avait des gobelins chevauchant des chauves-souris dans les parages - ce que nous n'avions pas vu depuis la guerre des gobelins en 1453, dont je vous ai parlé.

J'étais à peine éveillé lorsqu'un terrible tintamarre a commencé en bas - dans les entrepôts souterrains. Ce serait trop long de tout décrire, j'ai donc essayé de faire un dessin de ce que j'ai vu quand je suis descendu - après avoir piétiné un gobelin qui se trouvant sur la carpette.

Sôf qu'il y avait plutôt quelque chose comme 1000 gobelins, et pas 15.

(Mais vous n'espérez tout de même pas que j'en dessine 1000). Ours Polaire serrait, écrasait, piétinait, boxait et envoyait les gobelins dans les airs, rugissait comme tout un zoo, et les gobelins hurlaient comme des sifflets de locomotive. Il était magnifique.

Arrêtez - je me suis follement amuzé !

Eh bien, c'est une longue histoire. Les ennuis ont duré deux semaines, et tout donnait l'impression que je ne pourrais jamais sortir mon traîneau cette année. Les gobelins avaient incendié une partie des entrepôts et capturé plusieurs gnomes (qui dorment là pour monter la garde) avant que l'Ours Polaire et d'autres gnomes fussent entrés - et en eussent tué 100 avant mon arrivée.

Même une fois le feu éteint et les caves et la maison nettoyés (je n'arrive pas à comprendre ce que les gobelins faisaient dans ma chambre, à moins qu'ils aient essayé de mettre le feu à mon lit), les ennuis ont continué. Lorsque nous avons regardé dehors à la lumière de la lune, le sol était noir de gobelins, et ils avaient démoli mes écuries et étaient partis avec les rennes.

J'ai dû souffler dans ma trompette dorée (ce que je n'avais pas fait depuis de nombreuses années) pour rameuter tous mes amis. Il y a eu plusieurs batailles (chaque nuit ils revenaient attaquer et incendier les entrepôts) avant que nous ne reprenions le dessus, et je crains qu'un grand nombre de mes chers elfes n'aient été blessés.

Heureusement nous n'avons pas perdu beaucoup de choses, en dehors de ma plus belle ficelle (or et argent), du papier d'emballage et des boîtes en houx. Il m'en reste très peu : et il m'a manqué beaucoup de messagers. Pas mal de mes gens sont encore dans la nature (j'espère qu'ils vont revenir sains et saufs) à chasser les gobelins hors de mes terres, ceux qui sont encore en vie.

Mes gens ont délivré tous les rennes. Nous sommes assez contents ; maintenant nous sommes réinstallés et nous nous sentons beaucoup plus en sécurité. Nous n'aurons plus de problèmes avec les gobelins avant des siècles au moins. Grâce à l'Ours Polaire et aux gnomes il est impossible qu'il en reste beaucoup.

Et grâce au Père Noël. J'aimerais savoir dessiner ou avoir le temps de m'y essayer - vous n'avez pas idée de ce que le vieil homme peut faire ! Illuminassions, foux d'artifices et tonnerre de poudre !

L'Ours Polaire s'est employé à donner un coup de main, un double coup de main même - mais, dans sa précipitation, il a mélangé certaines des affaires pour les filles avec celles pour les garçons. Nous espérons avoir tout remis en ordre - mais si vous apprenez que quelqu'un a reçu une poupée alors qu'il voulait une locomotive, vous saurez pourquoi. En fait l'Ours Polaire me dit que j'ai tort - nous avons perdu pas mal d'éléments pour le train - les gobelins en sont toujours friands - et ce que nous avons récupéré a été endommagé et devra être repeint. Nous serons très occupés l'été prochain.

Maintenant, une fois de plus, je vous souhaite un joyeux Noël. J'espère que vous passerez un très bon moment, et verrez que j'ai pris bonne note de vos lettres et que je vous ai envoyé ce que vous désiriez. Je ne pense pas que mes images soient très bonnes cette année - bien que j'aie passé beaucoup de temps sur chacune d'elles (au moins deux minutes). L'Ours Polaire dit : « Je ne crois pas qu'un grand nombre d'étoiles et d'images de gobelins dans votre chambre à coucher soient si effroyablement joyeuses. » J'espère que vous apprécierez tout de même. Mais la partie représentant l'Ours Polaire en plein combat est assez bien ; c'est tout lui. Quoiqu'il en soit, je vous adresse toute mon affection.

Votre Père Nicolas Noël
pour toujours et tous les ans

***